Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 août 2006 6 19 /08 /août /2006 20:30
Classement Maclean's
11 universités se retirent
Mise à jour le mardi 15 août 2006, 12 h 28 .


université dalhousie
L'Université Dalhousie (archives)
L'Université Dalhousie, à Halifax, ainsi que 10 autres institutions canadiennes se retirent de l'enquête du magazine Maclean's , qui vise à effectuer un classement annuel des établissements universitaires canadiens. Ces universités se disent inquiètes de la méthodologie et de la validité de certaines évaluations de l'enquête.

Ces universités soutiennent avoir exprimé des « réserves considérables » au cours des dernières années sans obtenir satisfaction. Elles estiment publier suffisamment de données sur leurs institutions pour permettre aux gens de procéder eux-mêmes à leurs comparaisons. Elles plaident, dans une lettre envoyée au président éditeur de Maclean's, Tony Keller, avoir du mal à justifier les fonds publics dépensés pour fournir des données à cette enquête. Elles estiment également que ces données sont compilées de manière trop simplifiée et arbitraire.

Les présidents des universités suivantes ont cosigné la missive :

  • Université d'Alberta
  • Université de Calgary
  • Université de Colombie-Britannique
  • Université Dalhousie
  • Université de Lethbridge
  • Université du Manitoba
  • Université McMaster
  • Université de Montréal
  • Université d'Ottawa
  • Université Simon Fraser
  • Université de Toronto

    Ces établissements contestent les conclusions que tire l'hebdomadaire des données recueillies. Ils critiquent la méthodologie du magazine qui parvient à un classement unique en attribuant des valeurs relatives à des aspects comme la taille des salles de classe, les facultés, les finances, les bibliothèques et la réputation. Ils reprochent également au magazine sa confiance en certaines données malgré un faible taux de participation et sa propension à comparer des données différentes entre elles.

    La porte demeure toutefois ouverte pour un éventuel classement. Les universités exigent cependant d'avoir la certitude que les données recueillies seront valides et que les analyses qui en seront tirées seront justes.

    Le magazine continuera tout de même de publier son classement des 47 universités canadiennes, incluant les 11 qui ont décidé de se retirer de l'enquête. « Toute l'information nécessaire est disponible publiquement, soutient M. Keller. La décision de quelques universités de ne plus remplir un formulaire d'information que nous leur envoyons n'y change vraiment rien. »


  •  


    Repost 0
    Published by quebec - dans FAITS DIVERS
    commenter cet article
    16 août 2006 3 16 /08 /août /2006 17:56

    .

    http://www2.canoe.com/infos/quebeccanada/archives/2006/08/20060812-120200.html

    Les immigrants et le code de la route

    Taïeb Moalla
    Le Journal de Montréal
    12/08/2006 12h02 

    Même s'il n'a qu'une connaissance sommaire des règles routières en vigueur, un immigrant titulaire d'un permis de conduire délivré par son pays d'origine peut légalement conduire un véhicule ici pendant trois mois.

     

    «J'ai mis la vie de ma famille en danger durant cette période.» C'est Mihai-Claudiu Cristea, un Roumain résidant à Québec depuis 2001, qui prononce ces mots.

     

    Selon lui, les différences entre les règlements de la conduite automobile entre la Roumanie et le Québec devraient justifier l'annulation du délai de grâce de 3 mois.

     

    «Au début, je conduisais comme un aveugle. Je n'avais aucune idée des notions aussi élémentaires que les directions est, ouest, nord et sud. Un jour, j'ai même acheté une boussole pour me retrouver. Cela m'a rendu encore plus confus», dit-il.

     

    «La meilleure chose qui me soit arrivée»

     

    Aux dires de M. Cristea, la signalisation n'est vraiment pas pareille. «À Bucarest, il n'y a pas de feu jaune, par exemple. Un feu vert qui clignote, ça n'existe pas non plus», souligne-t-il.

     

    Mihai-Claudiu a raté son examen pratique lors de son premier essai. «Sur le coup, j'étais plutôt furieux. Mais je sais maintenant que c'est la meilleure chose qui me soit arrivée. J'avais en effet besoin de plus d'heures d'apprentissage», conclut-il.

     

    Du côté de la SAAQ, Jacques Laurin explique qu'il est difficile de demander à une personne qui vient d'arriver ici d'avoir immédiatement un permis de conduire québécois. «On prend une chance et on donne le bénéfice du doute au conducteur», dit M. Laurin.

     

    La SAAQ ne dispose d'aucune statistique sur les accidents impliquant des immigrants.

    Les examens ne font pas l'unanimité

     

    Plusieurs immigrants possédant des permis de conduire délivrés par leurs pays d'origine ne voient pas la nécessité de repasser la portion pratique de l'examen de conduite québécois.

     

    Ismaïl Mustoofa est titulaire d'un permis mauricien depuis 2004.

    Rencontré hier à un local de la SAAQ à la sortie de son examen théorique, le nouvel arrivant estime qu'«il est normal de repasser le théorique, car les panneaux de signalisation sont différents d'un pays à l'autre. Par contre, le pratique ne devrait pas être obligatoire».

     

    Christine Kanj, qui a un permis libanais depuis 2003, est du même avis. «Je ne vois pas l'utilité de l'examen pratique puisque j'ai déjà conduit auparavant», dit-elle.

     

    Cette opinion n'est pas partagée par Jamel Habib, un Égyptien de 49 ans, qui a pourtant son permis depuis 1982. Celui qui s'est installé à Montréal le mois dernier n'a rien à dire contre le système instauré par la SAAQ. «Les règles de conduite sont différentes entre l'Égypte et le Canada. Je pense donc que c'est tout à fait normal que je doive repasser les examens. C'est plus sécuritaire comme ça», indique-t-il.

     

    Pas égaux

     

    Seuls les ressortissants d'une douzaine de pays peuvent échanger quasi automatiquement le permis de conduire acquis dans leurs pays d'origine contre un permis délivré par la SAAQ. Les autres doivent passer les examens théoriques et pratiques, peu importe le nombre d'années passées derrière le volant.

     

    Pour expliquer cette distinction, la SAAQ dit que les pays dont les citoyens sont admissibles à l'échange «ont des normes de délivrance de permis similaires à celles du Québec».

    Quelques détails

     

     

  • Au Québec, le titulaire d'un visa d'études peut conduire un véhicule durant toute la durée de sa scolarité grâce au permis de son pays d'origine. S'il choisit de devenir immigrant, il devra repasser l'examen théorique et pratique de la SAAQ.
  • Les touristes de passage au Canada peuvent conduire pendant six mois sans avoir de permis québécois. Au-delà de cette date, un permis de conduire international est exigé.
  • Pays dont les ressortissants sont admissibles à un échange de permis sans examen: l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, la France, le Japon, les Pays-Bas (incluant Saint-Martin, Aruba, Bonaire, Curaçao, Sabat et Saint-Eustache), la Corée du Sud, la Grande-Bretagne (Angleterre, pays de Galles, Écosse) et la Suisse.

    Source: le site Internet de la SAAQ








  • [Toutes les nouvelles de Québec-Canada]


      LES GRANDS TITRES
    Québec-Canada
    Société
    International
    Dossiers
      EN CE MOMENT
      FORUMS



    Copyright © 1995-2006 Tous droits réservés
    Conditions d’utilisation | Politique de confidentialité | Trousse média | Aide / FAQ

     

     

    .

    Repost 0
    Published by quebec - dans FAITS DIVERS
    commenter cet article
    12 août 2006 6 12 /08 /août /2006 08:22

    Le 9 août 2006 - 06:02
    Un parachutiste imprudent frôle une grave électrocution à Montréal
    Presse Canadienne
    _
    Un individu s'est retrouvé dans une fâcheuse position à cause de son imprudence, mardi soir au sud de l'île de Montréal.

    Sur l'île Charron, située dans le Fleuve Saint-Laurent, l'homme s'est hissé dans une tour d'Hydro-Québec haute de plus de 100 mètres pour faire du parachutisme.

    Cependant, le vent l'a poussé contre la structure où son parachute s'est entremêlé. Il s'est donc retrouvé suspendu à 25 mètres dans les airs pendant près de trois heures et demie, tout près de fils de 315 000 volts.

    Pendant que les pompiers de Longueuil, assistés par les hommes araignées de Montréal, s'affairaient à le faire redescendre, le vent qui le fouettait l'a malmené en le faisant heurter la structure.

    Après avoir été ramené au sol, l'homme âgé dans la quarantaine, a été transporté à l'hôpital pour traiter des blessures au visage; on ne craint pas pour sa vie.

    Son dossier a été soumis aux enquêteurs du Service de police de Longueuil, qui vont déterminer mercredi si des accusations devraient être portées contre lui.

     


     

    Envoyer ce texte à un ami Imprimer cette page Réagissez à cet article Par François Richard
    Voir tous les articles de François Richard
    Article mis en ligne le 10 août 2006

    Cadavre découvert dans un boisé

     

    Cadavre découvert dans un boisé
    Le cadavre a été découvert à cet endroit, par un passant qui circulait dans les environs. <[:AC:]CP>(Photo : Daniel Marchand)
    Cadavre découvert dans un boisé
    François Richard
    Un cadavre vieux de plusieurs jours a été découvert par un passant, le dimanche 30 juillet au soir, dans un boisé situé près du boulevard Maurice-Duplessis. L'homme s'est apparemment électrocuté en touchant un fil de très haut voltage d'Hydro-Québec qui pendait d'un poteau de la compagnie.
    Le passant qui a fait la macabre découverte a contacté les policiers qui se sont immédiatement rendus sur les lieux afin de recueillir le corps et d'établir un périmètre de sécurité autour des installations électriques à risque. La victime n'a pu être identifiée vu l'état de décomposition avancée dans lequel se trouvait le cadavre qui n'avait pas de pièces d'identités sur lui.

    Il s'agit d'un homme de race blanche, âgé d'une cinquantaine d'années. Il avait les cheveux blancs et les yeux bleus. L'accident a eu lieu derrière l'ancienne boutique d'horticulture Tête en fleurs, sur le boulevard Maurice-Duplessis, en face du Collège Marie-Victorin, et à quelques pas de l'hôpital Rivière-des-Prairies.

    La porte-parole de l'établissement de santé, Johanne Gagnon, a déclaré au Guide que le cadavre n'était pas celui d'un des patients de l'institution, qui traite des cas graves de troubles mentaux. « Il ne s'agit ni d'un patient, ni d'un visiteur, ni d'un employé de l'hôpital », a-t-elle précisé.

    Le secteur du parc où l'accident s'est produit est plutôt désert, étant quelque peu éloigné des jardins communautaires et du parc de l'hôpital, ce qui explique le délai relativement long entre le décès et la découverte du corps.

    Bien que le décès soit considéré comme accidentel, une enquête policière est en cours afin de déterminer les responsabilités dans ce tragique accident.
    Un deuxième bris au même endroit
    Le fil de hauts voltages, responsable de la mort de l'homme retrouvé dans le parc, s'est brisé une première fois lors d'orages violents le 17 juillet dernier. Vu la très haute teneur en électricité du câble- 25 000 volts- un incendie s'est alors déclaré dans le boisé où l'accident s'est produit. Un gardien de sécurité de l'hôpital, apercevant des flammes, a contacté les pompiers vers 23h. Le brasier a rapidement été maîtrisé.
    Alors que les pompiers étaient toujours sur les lieux, un deuxième feu s'est déclaré au même endroit, celui-là aussi prestement éteint. Les employés d'Hydro-Québec ont été ensuite dépêchés sur les lieux afin de rétablir le courant, le bris de fil ayant occasionné une panne dans le secteur.

    Cela dit, Hydro-Québec refuse de répondre aux questions du Guide puisqu'une enquête policière est en cours. Le site est toutefois maintenant sécurisé. Aucun fil ne pend des poteaux d'électricité.

    Cadavre découvert dans un boisé
    Le cadavre a été découvert à cet endroit, par un passant qui circulait dans les environs. <[:AC:]CP>(Photo : Daniel Marchand)

    Vos commentaires

    Repères Emplois Médias Transcontinental Annonces ClasséesNos annonceurs
    Nos voisins
    Avenir de l'est Arrondissement Pointes-Aux-Trembles
    Le PDQ 49 met en place le programme Police dans ma rue
    Flambeau de l'Est Arrondissements Anjou et Mercier
    Entre le bonheur et l'inquiétude
    L'informateur de Rivières-Des-Prairies Arrondissement Rivières-Des-Prairies
    Laura Mancini obtient une bourse du millénaire
    Progrès Saint-Léonard Arrondissement Saint-Léonard
    Un arrondissement sans pesticides
    Chambre de commerce de la Pointe-de-L'île
    Vitrerie Repentigny
    L'actualité régionale
    Mauricie L'Hebdo du St-Maurice , 11 août 2006
    Le Dragon-boat: un sport méconnu
    Laval / Laurentides Le Trait d'Union , 11 août 2006
    Amalgama et Catherine-Ann Band à l'Île-des-Moulins
    Centre-du-Québec La Nouvelle / L'Union , 11 août 2006
    Départ du directeur général : Kingsey Falls analysera la marche à suivre
    Lanaudière Hebdo Rive Nord / L'Artisan , 11 août 2006
    Un bébé phoque à la Marina Brousseau
    Outaouais / Est de l'Ontario Info07 , 11 août 2006
    L’ABC d’une bombe pyrothechnique
    Estrie Le Reflet du Lac , 11 août 2006
    Un cadeau pollué
    Saguenay / Lac St-Jean Journal Le Lac St-Jean , 11 août 2006
    Sacré-Blues: une « Sacrée programmation »
    Chaudière-Appalaches La Voix du Sud , 3 août 2006
    Jean Charest et Yvon Vallières de passage dans Bellechasse
    Soccer International
    La question du net
    • La météo a-t-elle une influence sur votre humeur?
    • oui
    • non
    Maski-Courons
    Tohu
    Master de Tennis
    50 ans d'Anjou
    Publicités
    Bannière Big Box Merkado.ca Ne Pas Effacer
    TranscontinentalGroupe des journaux Québec et Ontario
    8770, boul. Langelier, bureau 210
    St-Léonard, Québec H1P 3C6
    T. 514.899.5885
    www.leshebdos.com / webmestre@transcontinental.ca

     

     

     

     

     

     


    Repost 0
    Published by quebec - dans FAITS DIVERS
    commenter cet article

    Présentation

    • : QUEBEC-CANADA
    • : QUEBEC CANADA
    • Contact

    Recherche